9 août 2023
- Enregistrer
Tres Hombres

Green Water Summer 2023 (Maître d'équipage Hanjo van Weerden)

Le temps est clair à l'embouchure de la rivière Helford, près de Falmouth. L'équipage se réveille vers sept heures et demie et la journée commence. Nous préparons le café, prenons le petit-déjeuner et nous préparons lentement pour la journée de travail. Le capitaine nous annonce que la bascule de vent attendue se produira vers dix heures, donc vers neuf heures nous devrions commencer à tout préparer pour naviguer. Les marins Sam et Gabo hissent les voiles affalées et je prépare tout pour lever l'ancre. 

Un bateau en bois navigue depuis le fleuve, c'est un bateau-pilote. Le capitaine Andreas donne l'ordre de lever l'ancre. On commence à tourner le treuil et la première voile remonte, le foc, pour aider le navire à tourner le nez vers le sud. Lorsque l’ancre est levée, d’autres voiles sont hissées et je lève l’ancre hors de l’eau. Quand toutes les voiles sauf le foc volant ont été soulevés, nous commençons à prendre un peu de vitesse, mais il n'y a pas encore beaucoup de vent. Nous faisons route vers le sud et plus tard dans la journée nous attendons 20-25 nœuds de vent d'ouest, mais pas encore. Le bateau-pilote ne peut pas nous suivre et navigue dans la baie, mais un yacht en plastique navigue avec nous sur un mile ou deux. Nous continuons notre route vers le sud en restant près de tribord, pendant que le quart bâbord descend faire une sieste avant le début du quart de l'après-midi. Après avoir rincé la chaîne d'ancre, nous la stockons dans le débarras. Ensuite, je vais prendre les photos de vent léger du trinquette de mât de misaine et échangez le foc intérieur contre les clichés par gros temps. 

Le reste de la matinée, la vitesse augmente encore un peu. Nous réveillons le quart bâbord pour le déjeuner, et Andreas les rejoint dans la cuisine. Le second, Mikhail, fait remarquer qu'il y a des nuages sombres à l'horizon et rapporte qu'il peut entendre le tonnerre. Il donne l'ordre de démonter le hunier aurique, le foc extérieur et la trinquette principale. Cela arrive vite et dans le bon ordre, on laisse le hunier aurique sur le pont un moment. Lentement, le quart bâbord et Andreas sortent de la cuisine pour laisser la place au quart tribord.

Le second Chad prend la barre. Les nuages sombres se rapprochent et Andreas donne l'ordre Royal pour le faire descendre car le vent augmente. Au moment où le piège est libéré et que j'atteins le côté haut, le vent nous frappe violemment. Alors que j'ai le Royal rouler, devient aussi le topgalant ordonné d'être démonté. Je passe devant un stagiaire et libère le piège avant de retourner au banc de manucure. Ensuite, je relâche le boulon et commence à tirer sur la griffe. Le vent hurle maintenant, il y a de l'eau partout et le navire s'incline maintenant de manière assez forte et constante. Le vent semble venir d'en haut, c'est un coup de vent. Il n’y a pas vraiment de vagues, nous avons perdu toute vitesse. Lors du débriefing des officiers plus tard, on spécule sur un vent de 60 nœuds, un angle d'inclinaison de 75 à 80 degrés. 

Andreas crie : « Tire, lâche-toi de la hunier lâcher!" Je grimpe, ou plutôt rampe, sur le toit de la cuisine et déclenche les tirs comme ordonné. D'abord à bâbord, qui me glisse des mains lorsque j'enlève le dernier tour du taquet. Le poids de la chaîne et le battement de la voile tirent les écoutes complètement hors du guide, à travers celui-ci et hors du guide. poulie au bras de vergue de parcours. Puis je lâche l'écoute tribord, mais je la fixe au taquet au bout du cordage. En tournant mes jambes autour du mât, je constate que le cours est encore plein, mais tout autour, je peux voir l'eau juste en dessous de moi. Je regarde autour du pont, je vois un stagiaire allongé sur la partie basse du pont, s'accrochant à une ligne, seule sa tête est encore hors de l'eau. Chad se tient sur le pavois bâbord et tente de reprendre le volant. Comme il l'expliquera plus tard, quelques centimètres encore et l'eau débordait dans le hayon arrière. Je vois Sam s'accrocher à quelque chose près de la trappe centrale. Andreas parvient alors à gravir le versant élevé pour atteindre le pic de la chute. grand-voile pour fêter ça, la bôme pend et laisse le vent s'échapper. 

Giuseppe, le cuisinier et un stagiaire sont en train de vider la cuisine des boîtes à lunch et des casseroles, et constatent que le radeau de sauvetage à bâbord flotte à quelques centimètres au-dessus du siège. 

Un autre stagiaire, debout sur le pont, rapporte plus tard que le bras de vergue de parcours, bien que sa voix soit la plus aiguë possible, plongea dans l'eau, tout comme le bôme de grand voile

Après le pic, Andreas montre aussi la chute du trinquette de mât principal quatre, et je tire le hale-bas de ma position sur le mât. La pente devient peu à peu gérable et je descends du toit de la cuisine. Chad nous dit alors de rester calme, alors que les éclairs et le tonnerre passent comme un ultime effort du coup de vent. Nous obtiendrons le grand-saïJe me lève et les marins procèdent à l'enroulement des voiles carrées et du foc extérieur. Le tour de ça hunier de bâbord s'est complètement détachée, sa poulie s'est détachée et une autre drisse est restée coincée. Chad réattache le bloc et la voile est à nouveau hissée après un certain temps. Nous le reef le grand-voile, et pour le reste de la journée nous naviguons avec un vent stable à 25 nœuds et une mer agitée. Nous revenons lentement à la normale, dans la mesure du possible. Nous sommes secoués, mais tout va bien. 

Giuseppe compte dans sa tête, tout le monde est à bord et personne n'est blessé. Le haut-voile aurique qui était resté sur le pont arrière pend dans l'eau à bâbord, sauvé par les lignes encore attachées. Certaines autres lignes et défenses qui étaient arrimées sur le pont, et presque emportées par les eaux, sont sorties de l'eau, ainsi que le hunier aurique. Les deux fûts contenant des cordages, qui se trouvaient au milieu du navire, ont été emportés par les eaux. Une amarre a également disparu et les cuvettes à vaisselle ont également été emportées par la mer. Le garde-manger regorge de légumes en vrac. Étonnamment, malgré la violence de la rafale, aucune voile n’a été déchirée ni aucune amarre cassée. Alors que nous démêlons le désordre sur le pont, je trouve un bâton de cannelle : toute la planque est tombée dans la cuisine et a été emportée. 

Cette nuit-là, le feu de navigation du port clignote. Lorsque Mikhail l'ouvre, il est plein d'eau. Au cours des deux jours suivants, d’autres bâtons de cannelle sont découverts cachés dans des endroits inattendus.

mai 2023

 

Aimez-vous lire les aventures de notre équipage? Imaginez être là lorsque vous dégustez nos produits chez vous !

Actualités similaires

Lignes floues
15 février 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Lignes floues (Kit Schulte)

Où et quand une chose se termine-t-elle et une autre commence-t-elle ? J'avais imaginé des lignes floues, mais j'ai vite compris que tout...
Martinique 2024
8 février 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Martinique 2024 (Capitaine Anne-Flore)

La manœuvre de départ a été serrée dans la baie de Sainte Anne, en Martinique. Nous avons joliment jeté l'ancre après la marina du Marin derrière...
L'âme de la Terre
2 février 2024
Enregistrer
Tres Hombres

L'âme de la terre (Sandra Reinhold)

Le soleil se lève Et lâche un milliard de boucles orangées Pour chasser un milliard de cercles noirs Une douce brise...
Faire ce que tu aimes
11 janvier 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Faites-vous ce que vous aimez ? (Bram Hoestra)

Un navire à terre est quelque chose de mystique. En route vers le quai, de l'autre côté du canal,...

S'inscrire à la Newsletter

Si vous vous inscrivez à la newsletter, nous serons les premiers à vous informer lorsque nous publierons de nouveaux itinéraires de navigation. Le Fairtransport « Sailmail » regorge d'aventures de navigation passionnantes, de produits exotiques et des dernières nouvelles sur les navires et leurs événements. Vous ne pouvez pas manquer celui-ci !