2 août 2022
- Enregistrer
Tres Hombres

J'ai rêvé de parcourir le monde par mer de cette façon… (par Miranda Holliday)

Le 15 juin, j'ai embarqué sur Tres Hombres à Copenhague sans aucune expérience de navigation, à part avoir été passager à plusieurs reprises et n'avoir jamais mis les pieds sur un grand voilier. Depuis ma première navigation, j'ai rêvé de parcourir le monde par la mer de cette façon, mais je me demandais où et comment commencer le processus d'apprentissage sans aucun doute difficile à partir de la case départ. Le monde des grands voiliers cargo m'a été découvert lorsque j'ai rencontré mon partenaire en juin dernier, un marin et constructeur de bateaux en bois qui partage ma passion pour les voyages et la promotion d'un avenir plus durable.

J'étais ravi d'en apprendre davantage sur Tres Hombres sans moteur, Fairtransport Shipping, et sur leur mission active centrée sur la durabilité. J’ai parfois l’impression que les méthodes alternatives aux pratiques commerciales négatives pour le climat ne sont que des idées progressistes plutôt que des pratiques actuelles. Cela m’a donné un peu d’espoir de voir que ce n’était pas le cas avec Fairtransport. Lorsque mon partenaire m'a proposé de le rejoindre en tant que stagiaire chez Tres, j'étais enthousiasmé par le concept mais nerveux étant donné mon manque d'expérience, de compréhension des grands voiliers et de la voile en général. Ma motivation à apprendre a finalement surmonté ma peur d’essayer et nous nous sommes inscrits pour le voyage d’été de Copenhague en France.

À mon arrivée, j'ai été époustouflé par la beauté et la complexité du navire lui-même et également intimidé par toutes les lignes et les voiles dont je ne connaissais rien mais que je devrais apprendre à manier. Nous avons mis les voiles le lendemain de notre arrivée et malgré le sentiment d'inutilité dans le processus de navigation, je me suis senti bien accueilli et compris par l'équipage, en particulier par les autres stagiaires. Ils ont exprimé leur sympathie pour mon ignorance et m'ont assuré qu'eux aussi s'étaient déjà retrouvés dans la même situation quelques semaines auparavant. Mes nerfs étaient quelque peu apaisés lorsque je les regardais tirer les lignes aux côtés de l'équipage professionnel avec la confiance que j'espérais développer comme eux. La première étape vers Bornholm a été courte mais à ce moment-là j'étais convaincu que ma décision de me lancer dans cette aventure avait été la bonne. L'environnement à bord était convivial et j'étais très reconnaissant envers les matelots de pont, le second et les stagiaires qui m'ont patiemment indiqué où tirer pendant les manœuvres, m'ont expliqué la fonction des nombreuses lignes intimidantes, les voiles, les termes et l'étiquette de navigation qui étaient tout. comme celui d'une nouvelle langue pour moi.

Naviguer vers le port pour la première fois à Gudjehm a été une expérience passionnante, l'entrée du port laissant moins de 2 m de chaque côté du navire. Après un amarrage réussi, nous avons été chaleureusement accueillis par les amis de l'équipage des voyages précédents ainsi que par les passants clairement impressionnés par le navire et son ajustement serré dans le port tranquille. Nous avons célébré la fête au bar où nous expédiions du vin et avons eu droit à des verres de vin sans fin et à un magnifique dîner. J'ai réalisé que la voile n'est qu'un élément clé de cette expérience et que la communauté qui rend la mission possible en est le cœur battant.

Le temps passé au port et les passages plus courts entre les deux ont été assouplis. Ils m'ont donné le temps de me familiariser avec la vie à bord du navire et de faire connaissance avec mes 12 nouveaux colocataires, mais le véritable apprentissage a commencé lorsque nous sommes partis pour l'Irlande. Le calendrier initial avait estimé la traversée à une semaine ou dix jours, mais comme nous partions avec le vent complètement contre nous, on nous a dit que cela prendrait probablement plus de temps. Pour avancer, nous devions voyager en zigzag, ce qui impliquait des virements de bord (déplacer les voiles d'un côté à l'autre du navire) toutes les quelques heures. Bien que cela demande beaucoup plus de travail que de naviguer avec le vent, le besoin de manier autant de voiles dans notre quart de 5 impliquait une contribution pratique. Cela s'est traduit par une bien meilleure compréhension de la façon dont le navire se déplace, de la signification des différentes manœuvres, de l'emplacement de toutes les lignes et de leurs fonctions spécifiques. Avec des explications répétées, des visites patientes en corde et la confiance du matelot de pont Giulia et du premier lieutenant Jules, ma compréhension ainsi que ma confiance dans ma connaissance du navire ont énormément augmenté.

Le passage vers l'Irlande a duré au total 17 jours, ce qui, m'a-t-on dit, est à peu près la même durée qu'une traversée océanique. Il y a eu de nombreux hauts et bas au cours de cette étape. Une houle massive déferle sur le pont, nous gardant constamment mouillés et donnant l'impression d'être allongé sur ma couchette comme de monter un taureau mécanique. Réveils redoutés entre minuit et 4 heures du matin en entendant les vents violents et glacials hurler au-dessus du pont depuis un lit chaud et généralement sec. En revanche, le soleil brûlant mais la mer complètement plate ont fait que pendant des jours, nous avons fait peu de terrain et souvent dévié de notre route. Manque de produits frais en fin de voyage car nous ne pensions pas être en mer aussi longtemps que nous.

Cependant, en essayant, les bas m'ont montré que je pouvais supporter des niveaux d'inconfort bien au-delà de ce que j'avais dû subir dans le passé et ont rendu les hauts beaucoup plus élevés. Nager dans la mer calme et s'allonger pour sécher sur le pont chaud après des jours de froid et d'humidité était une expérience paradisiaque. Le soleil et la lune se couchent et se lèvent sur l’eau comme ceux des peintures. Les visiteurs quotidiens des dauphins nous accompagnent sur le beaupré et la nuit, laissant des sentiers lumineux magiques dans la bioluminescence bleue. Rire jusqu'aux larmes à des blagues qui ne seraient probablement pas aussi drôles si nous n'étions pas tous privés de sommeil et un peu fous. Dernier point mais non le moindre, arriver enfin à destination, mettre le pied à terre et profiter du luxe simple que je tenais pour acquis dans la vie de tous les jours. Des douches chaudes, des vêtements propres, un festin de fruits frais et, pour le reste de l'équipage, une pinte de Guinness bien fraîche. Bien que ce soit l’une des choses, sinon la plus difficile physiquement et mentalement, que j’ai jamais faite, c’était aussi absolument l’une des plus gratifiantes.

Après quelques jours de bonheur en Irlande, à dire au revoir à quelques équipiers et à accueillir de nouveaux visages, nous avons chargé notre cargaison au mouillage à l'aide d'un bateau de pêcheur et sommes partis vers la France. Mon partenaire et moi faisons désormais partie des stagiaires les plus expérimentés à bord. Cela signifie que nous sommes désormais les stagiaires qui expliquent les choses et rassurent ceux qui viennent de monter. C'est grâce à cela que je peux maintenant vraiment voir ma courbe d'apprentissage et réaliser que j'ai atteint mon objectif d'avoir confiance en ma capacité à aider à naviguer sur ce navire. En plus de ne plus me sentir intimidé par la tâche d'apprendre à naviguer sur des navires plus petits, j'ai également un nouveau sentiment d'autonomie dans ma capacité à acquérir toutes les compétences que je m'engage à essayer. Même si ce n’est peut-être pas tout à fait vrai, j’ai le sentiment que si je peux faire cela, je peux tout faire.

Aimez-vous lire les aventures de notre équipage? Imaginez être là lorsque vous dégustez nos produits chez vous !

Actualités similaires

A day on De Tukker
7 juin 2024
Enregistrer
De Tukker

A Day on De Tukker (Victoria Mahoney)

As I wake up for my 4 AM watch, traces of deep sleep still linger. Already, the dream I just...
Naviguer le ventre plein
26 avril 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Naviguer le ventre plein (Capitaine Anne-Flore)

Des feuilles de chou géantes et des peaux de bananes des Açores rattrapaient le navire tandis que le coucher du soleil tombait de plus en plus tard. Après quelques...
Fermer la porte des Caraïbes
22 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Fermer la porte aux Caraïbes (Capitaine Anne-Flore)

Comme prévu, nous avons été frappés par un front. Nous fermons la porte des Caraïbes et ouvrons la...
Contre le vent
12 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Contre le vent (Jordan Hanssen)

Au pire, ce vaisseau est un objet fascinant. Avec ses voiles levées, au galop sur la mer, il est une chose...

S'inscrire à la Newsletter

Si vous vous inscrivez à la newsletter, nous serons les premiers à vous informer lorsque nous publierons de nouveaux itinéraires de navigation. Le Fairtransport « Sailmail » regorge d'aventures de navigation passionnantes, de produits exotiques et des dernières nouvelles sur les navires et leurs événements. Vous ne pouvez pas manquer celui-ci !