7 mars 2023
- Enregistrer
Tres Hombres

Le Passage Mona (capitaine Anne-Flore Gannat)

Calmement et avec patience, nous avons réussi à entrer dans le Passage Mona.

Quatre jours pour s'habituer au rythme de notre navire et pour que certains initiés comprennent le doux mouvement de balancement de la lourde mama noire.
450 milles de Boca Chica au lieu de 100 pour faire ce premier pas au nord d'Hispaniola pour la longue route vers les Açores. Le chemin droit n’est pas le chemin choisi par la combinaison du vent et du navire.

Un alizé qui tourne plusieurs fois par jour pour optimiser notre stratégie de virement de bord. Pas de violence mais 10 à 15 nœuds.
Les garde-côtes de Porto Rico ont signalé un navire chaviré sur notre route, au sud-ouest de l'île de Mona, bien sûr nous sommes passés à côté de la position la nuit mais le radar est allumé.
Rien que la forme sombre de l'île au centre du passage avec un fond lumineux de Porto Rico. La lune est haute, la Croix du Sud est basse à l'horizon.

Jupiter et Vénus flirtent de plus en plus avant de plonger ensemble dans la mer. La nuit suivante, nous avons également vu une traînée de lumière semblable à une aurore boréale se dirigeant vers l'est, laissant derrière elle une longue queue brillante et une étoile scintillante semblable à une petite explosion, peut-être un astéroïde. Mais la nuit suivante, c'était un train de 20 satellites provenant apparemment d'un homme qui aime jeter encore plus de déchets dans l'espace.

Eh bien, hier, un grand troupeau de fous de Bassan chassait du poisson, des thons ont sauté hors de l'eau et des dauphins de l'Atlantique sont passés par là. Pour son plaisir, l'un de nous s'est assis sous le beaupré. Le nouveau stagiaire est surpris, il ne voit habituellement à la télévision que des émissions sur l'habitat naturel. Je me demande encore pourquoi il continue de traiter notre groupe de fou depuis le premier jour où il nous a rencontrés de l'autre côté de la barrière dans le port. Il attendit la permission d'entrer. Les travailleurs du port rendent toutes les situations à la fois hilarantes et dramatiques.
L'astuce consiste à marcher sérieusement avec un presse-papiers et quelques copies de papiers soi-disant officiels sous le bras, appelant le capitaine. Bien sûr, ce n’est pas la femme qui se tient devant eux.
Quoi qu'il en soit, je l'ai signé et tamponné.

Mais quand j'ai demandé de mettre la ligne d'étrave comme ligne d'étrave, dans l'intention de tenir le nez du bateau, à mon grand regret, le pilote et le juge de ligne m'ont ignoré et le cavalier espagnol a heurté le quai. Condamner. Pouvez-vous me dire pourquoi vous n'avez pas sauté en premier ? Parce que le keesje de l'arc a été lancé en premier. Et l'annexe poussa la poupe pour tourner la crosse vers le quai.

Je fais confiance à l'équipage plus qu'à quiconque. Après tant de ports et de mouillages, on s'habitue et on se comprend. Peu importe que vous deviez travailler dur ou que tout puisse se faire lentement et en douceur.

Je ne sais pas pourquoi j'ai supposé que le personnel du port s'intéressait également au vent et à ses influences. Jusqu'au dernier jour le pilote ne croyait pas que nous n'avions pas de moteur à bord, mais au ton de ma voix il comprit que son équipage n'avait plus le droit de toucher nos lignes lorsque nous partions. C'est ainsi qu'était le 80%.
Ce sont toujours les hommes du remorqueur ou les bateliers qui se sentent en droit de me dire, à moi ou à l'équipage, ce qui doit être fait.
Ils pensent qu'ils ont le droit d'avoir un projet et de ne pas être obligés de le partager, d'être condescendants et de dire que je dois m'occuper des enfants à la maison que je n'ai pas. Ils pensent qu'ils sont plus durs. J'aime être poli, mais les hommes devraient parfois aussi se taire. J'aime organiser le deck le plus calmement possible et cela n'apporte que confusion et chaos. J'aime laisser le temps à l'équipage de faire les choses étape par étape. Mon travail consiste à anticiper et à rester calme. Et c'est bien de ne pas se précipiter, crier et casser notre bateau !

Le départ s'est déroulé en beauté après quelques tampons de dernière minute bien sûr (style Dom Rep). Les voiles Topsail, Top Gallant, Royal et Mainstay ont été préparées alors que nous étions encore amarrés.
Nous avons jeté l'avant et l'arrière. Monter plus de foc, perdre du poids vers le canal et c'est parti. Cap sur et un petit coup de pouce du dériveur pour être maniable et c'est tout. Quelle équipe!
Il y a peu d'équipages de remorqueurs qui travaillent si bien ensemble dans les ports et puis on y va et il n'y a pas besoin de beaucoup de mots, ils ne font pas de bruit. Et c'est beau.

Les raisons pour lesquelles la vie peut être amusante et « folle » : charger du fret, comme des gens qui travaillent dur avec les mains moites le lendemain de l'arrivée, écouter l'équipage parler un espagnol approximatif avec les locaux, faire de toute l'administration un cauchemar, pendant 3 jours faire des puzzles tout en vous buvez une bière épuisée après le travail, entouré de vos outils, de tout l'équipage, qui fait des bruits d'animaux et des caricatures pour faire rire les autres participants, dépose les gens du canot au milieu du lagon pendant que vous faites la lessive, ramassez ou ramez le retour en canot au navire la nuit avec un membre de l'équipage donnant une conférence sur les étoiles et les pizzas. Un membre de l'équipage, suspendu à l'extérieur dans un fauteuil de maître d'équipage, frappe un burin, les pieds pendants dans l'eau. En ce moment, tout semble normal ici. Beaucoup de choses se sont passées lorsqu'un groupe de 15 individus ou plus est créatif et heureux, la vie continue, naturelle et riche.

Merci à notre équipe de bureau qui a rendu l'arrêt poussiéreux et bruyant de Boca Chica le plus court possible malgré le décalage horaire de 5 heures. Merci à Lawrence et à l'équipe qui nous ont accueillis de manière fantastique, tant pour les réparations techniques que pour une agréable visite en terrasse à la plage.

Près de 30 tonnes supplémentaires à bord d'ici à Amsterdam. Ce poids assure une plus grande inertie en navigation qu'auparavant. Mieux vaut réagir vite à la barre lorsque les voiles l'exigent. Le navire gîte moins.

Nouvelles cartes marines de l'Atlantique Nord dans la nav'room, le soleil tape fort, les soins du navire se poursuivent à jamais, par exemple en répandant une savoureuse odeur de goudron sur le pont ou en remplaçant les amarres qui risquent de se briser. Le pari sur l'heure d'arrivée estimée à Horta a été fait. Voyons qui aura la plus grosse glace. Peu d’âmes souhaitent retourner dans leur pays natal, tandis que d’autres deviennent folles car cela pourrait être leur dernier voyage à bord des Tres Hombres.
Certains démissionnent ou y réfléchissent. D'autres, même fatigués et blessés, ne veulent pas encore changer de vie de marin. D'autres encore organisent des cérémonies spirituelles personnelles pour chaque étape de ce voyage afin de prendre conscience de ce qu'implique le départ et de la manière d'y faire face, et de vivre la magie au jour le jour.
D’où que nous venions et qui que nous soyons, nous sommes déterminés à saliver à chaque lever de soleil ou éclair vert de coucher de soleil.
La chaîne de montagnes disparaît derrière nous. Toutes voiles levées, nous sommes entourés d'un bleu foncé transparent intense, plein et traversant, espérant des baleines à tout moment.

Acclamations
UN F

Aimez-vous lire les aventures de notre équipage? Imaginez être là lorsque vous dégustez nos produits chez vous !

Actualités similaires

A day on De Tukker
7 juin 2024
Enregistrer
De Tukker

A Day on De Tukker (Victoria Mahoney)

As I wake up for my 4 AM watch, traces of deep sleep still linger. Already, the dream I just...
Naviguer le ventre plein
26 avril 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Naviguer le ventre plein (Capitaine Anne-Flore)

Des feuilles de chou géantes et des peaux de bananes des Açores rattrapaient le navire tandis que le coucher du soleil tombait de plus en plus tard. Après quelques...
Fermer la porte des Caraïbes
22 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Fermer la porte aux Caraïbes (Capitaine Anne-Flore)

Comme prévu, nous avons été frappés par un front. Nous fermons la porte des Caraïbes et ouvrons la...
Contre le vent
12 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Contre le vent (Jordan Hanssen)

Au pire, ce vaisseau est un objet fascinant. Avec ses voiles levées, au galop sur la mer, il est une chose...

S'inscrire à la Newsletter

Si vous vous inscrivez à la newsletter, nous serons les premiers à vous informer lorsque nous publierons de nouveaux itinéraires de navigation. Le Fairtransport « Sailmail » regorge d'aventures de navigation passionnantes, de produits exotiques et des dernières nouvelles sur les navires et leurs événements. Vous ne pouvez pas manquer celui-ci !