15 mai 2020
- Enregistrer
Tres Hombres

Entre 6 mois et toute une vie
(par Soraïa Costa)

Nous voici donc de retour à Amsterdam, avec une soute vide, en train de préparer le prochain voyage.

Six mois se sont écoulés depuis que nous avons quitté Den Helder pour la première fois en cette journée grise de novembre. Je me souviens encore du bruit régulier du remorqueur, comme une horloge effrénée qui nous précipite. Bientôt, l’heure n’aurait plus beaucoup d’importance, mais nous ne le savions pas encore. Après 3 mois de carénage, une coque parfaitement noire et un tout nouveau gréement, il était définitivement prêt à partir, et nous aussi. Mais nous avions toujours besoin de notre drapeau, et de cette soupe aux haricots et Jeroen avait encore quelques thés et épices à nous offrir, et des charmantes personnes debout sur le quai, nous avions encore des herbes, des pommes de terre, des citrouilles et tant de bons vents à recevoir. . Je me souviens avoir été frappé par toutes sortes d’émotions inattendues et ne pas avoir eu une seconde pour les traiter. Les dernières accolades furent partagées tandis que les amarres étaient larguées. Alors qu'elle s'éloignait lentement de la jetée et que les accolades n'étaient plus possibles, vinrent les poignées de main et finalement, seuls les mots et les sourires purent relier les deux mondes. Il y avait une atmosphère particulière autour de ce moment ; sérieux mais pas lourd. Et alors que nous disparaissions au coin de la rue, mettant déjà les voiles, nous ne savions pas à quoi nous attendre. Puis est arrivée la mer du Nord et la rencontre avec ces 19 personnes avec qui nous allions partager une partie de cette aventure. 

Nous avions un tout nouveau monde à découvrir et à maîtriser. Les noms des cordes et leurs fonctions, la logistique des manœuvres, l'escalade, le pilotage, même la simple marche sur un pont mobile ou le sommeil sur une couchette roulante sont une compétence qui demande de la pratique. Chacun de nous a été très vite confronté à ses propres combats. Mal de mer pour certains, pieds mouillés et gelés pour la plupart, fatigue, manque de sommeil, sentiment général de dépassement, etc., ce fut un début difficile, surtout pour ceux qui naviguaient pour la première fois !

Puis la Biscaye est arrivée et j'ai réalisé que nous sommes plus humains lorsque l'on nous rappelle nos vulnérabilités. Une soupe chaude préparée par un stagiaire alors que j'étais trop malade pour travailler, une tape sur l'épaule lorsque je me penchais sur la rambarde, un regard compréhensif qui vaut mille mots, le travail acharné des marins expérimentés à bord, permettant aux autres de se remettre sur pied… tout cela était de véritables expressions d’amour que je n’oublierai jamais.

Il m’a fallu du temps pour devenir ami avec la galère roulante. Elle ne céderait pas si facilement, mais j'ai tendance à craquer pour les esprits indomptables. J'ai dû découvrir à mes dépens comment me tenir debout et maintenir ma position. Les pieds ne suffisaient plus puisqu'il fallait 3 points d'équilibre ; donc les fesses, les hanches, les genoux et le dos ont été mis à contribution. La mise en place est devenue obsolète. De toute façon, tous les bols contenant des légumes préparés s’envoleraient avec la première vague.
Vous devez hacher au fur et à mesure. Les coudes, les poignets et même l’auriculaire sont pleinement sollicités au quotidien pour que tout reste en place. Vos sens deviennent attentifs à tous les sons et mouvements, mais faites attention à ne pas devenir fous avec la symphonie constante de casseroles et de poêles frappant les murs. On apprend assez vite que si on navigue à pleine capacité, il ne faut pas faire de lasagnes ; toute la couche supérieure glissera hors du plateau et brûlera au fond de votre four. Vous apprenez que préparer des pâtes lors d'une longue journée de navigation améliore considérablement l'ambiance, mais vous aurez besoin de toutes vos prières pour filtrer cette eau bouillante en toute sécurité.
Vous découvrez les spécificités de chacun ; le degré de remplissage du bol pour chacun, qui aime les œufs coulants ou durs ou qui préfère les fourchettes aux cuillères.

Peu de temps après, nous étions à Baiona, roulant des tonneaux vides à la main sur le quai et faisant la fête avec mes parents à bord et avec un nouveau capitaine, nous nous sommes dirigés vers le sud en direction de La Palma. Certains disaient que la navigation serait désormais plus fluide, mais la mer fait ce qu'elle veut. Le ciel étoilé fiable était toujours là, me rappelant la permanence alors qu'à l'extérieur et à l'intérieur tout tremblait. Je ne le savais pas à l'époque, mais ce serait la dernière fois que je me demanderais : puis-je réellement faire ça ? Car ensuite est arrivée la traversée de l’Atlantique et une histoire d’amour est née.

Nous allions rester trois semaines et demie en mer et, avec 70 kg de bananes et 30 kg d'avocats en soute, nous allions certainement nous en sortir. Nous avons visé le sud jusqu'à ce que le beurre commence à fondre, puis avons fait du stop avec les bons vieux alizés jusqu'à l'ouest.
La navigation au portant, le ciel bleu et le soleil ont complètement changé l'humeur de l'équipage. Il était temps de commencer à vivre et à profiter de la vie à bord. Nous avons enfin pu sécher tous nos vêtements humides et prendre des douches sur le pont. Les guitares ont été retirées et les chansons ont été chantées et réécrites. Sans grande manipulation des voiles à faire, les journées étaient consacrées aux travaux de maintenance. Goudronnage, grippage, ponçage, huilage, peinture, mise sous tension, tangage, dérouillage, épissure, couture ; tout cela doit être fait régulièrement. Garder un tel navire en forme demande beaucoup de travail.

Dans la cuisine, la vie était cependant beaucoup plus facile. Si en fait la vie était belle ! Je me sentais de plus en plus synchronisée avec tout, mon corps avait accepté les horaires quotidiens, les sons, les mouvements. Et à mesure que chaque repas était servi, je me sentais plus en confiance et bientôt, cuisiner pour toute l'équipe ne serait plus différent de cuisiner pour moi à la maison. Les journées à bord étaient simples. Toutes les actions étaient concrètes et nécessaires à la vie ; cuisine, ménage, réparation, navigation. Et il était toujours temps. Il est époustouflant de voir combien d’espace il reste quand on n’est pas constamment bombardé d’absurdités abstraites. J'étais heureux. Je me sentais en paix avec ma place dans le monde, du moins dans ce monde flottant. Je me souviens d'être allongé sur le pont une nuit, sous le ciel le plus brillant, regardant les voiles, la lune et Vénus qui brillaient au-dessus d'elles. Je ne savais pas si je devais me sentir grand ou petit. Mais j’ai alors compris qu’il n’existe pas d’échelle pour de tels sentiments de signification.

Un jour, alors que le vent ne soufflait pas, nous avons décidé de mettre l'annexe par-dessus bord et de faire quelques tours autour du navire pour prendre quelques photos. C'est le jour où nous nous en sommes vraiment rendu compte : nous traversons réellement l'Atlantique sur un bateau pirate. Et tout comme aller dans l’espace et regarder la Terre, nous la regardions tous de loin avec admiration et révérence. Elle était tout ce que nous avions et le seul endroit où nous étions en sécurité dans un rayon de centaines, voire de milliers de kilomètres. Ce jour-là, nous sommes tous revenus à bord avec un sens renouvelé d’attention et de responsabilité, et je me suis demandé comment serait le monde si davantage de personnes pouvaient sortir de leur vie et jeter un regard différent.

Quoi qu'il en soit, les Caraïbes se rapprochaient et, même si je ne voulais pas que la traversée se termine, nous allions enfin manger autre chose que de la citrouille et des bananes et j'étais aussi curieux de savoir ce que l'Occident allait nous apporter. La Barbade était notre premier arrêt. Nous avons jeté une de nos ancres dans la baie de Bridgetown et lorsqu'elle a touché terre, notre capitaine a crié : « Bienvenue dans les Caraïbes » et nous avons tous applaudi, imaginant déjà tous les plaisirs terrestres dont nous allions nous régaler ! Mais il nous faudra encore 6 heures de travail d'équipe acharné pour enfin pouvoir atteindre la terre ferme car nous nous rendons vite compte que l'ancre ne tient pas !
Avec des grains à l'horizon et d'autres bateaux tout autour de nous, nous avons dû être rapides et lever l'ancre pour pouvoir nous éloigner de la baie et réessayer. Mais sur un navire traditionnel comme le nôtre, sans moteur ni technologie moderne, lever l'ancre signifie que tout l'équipage transpire à tour de rôle sous le soleil en tirant comme un fou. Après deux heures, nous étions prêts à réessayer. Nous avons choisi un autre endroit, lâché l'ancre, croisé les doigts et attendu en silence… bon sang, ça ne tenait plus ! Nous avons lâché quelques chaînes supplémentaires, rien n'a changé. Nous jetons notre deuxième ancre et ne tenons toujours pas. Nous avions désormais deux ancres à remonter ! Préparez les bouteilles d'eau, nous allions tirer sans arrêt pendant encore une heure ou plus. Cette fois-ci, c'était la dernière fois que nous essayions de mouiller, car l'équipage était épuisé et regardait fixement après 6 heures de traction, de virement de bord, d'empannage et de course pour hisser et arroser les voiles. Nous nous approchons à nouveau de la baie, le capitaine crie « Tres Hombres lâchez prise ! » et pour la troisième fois, on entend l'ancre tomber. Avec quatre chaînes et demie, elle tenait définitivement cette fois-ci !

Dès lors, une autre vie à bord commence. Le temps passé sur terre est devenu plus long que le temps passé en mer, ce qui a eu ses côtés positifs et négatifs. Nous pouvions nous reposer de la discipline et de la concentration nécessaires en mer, mais nous étions également vulnérables à toutes les distractions terrestres, aux bureaucraties et au stress. Mais nous avions un travail à faire et nous avons donc commencé à parcourir les îles pour récupérer la bonne cargaison. En Martinique, nous avons eu un groupe de personnes qui traversaient la baie à la nage avec des tonneaux de rhum pleins. Nous avons rencontré le Gallant et nous sommes amarrés côte à côte pour un barbecue mémorable à bord. Nous avons pu à nouveau goûter aux croissants et baguettes français et j'ai découvert la magie du punch au rhum.

À Grenade, nous avons parcouru les marchés aux épices, sauté dans des cascades et avec d'autres âmes sœurs. Nous avons également découvert la musique soca et un peu plus de punch au rhum. Arriver en Colombie signifiait que tout le monde était sur le pont et qu’il fallait survivre à une tempête pendant une nuit complète. Mais ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, dit-on. En République dominicaine, j'ai appris à négocier les prix, à marchander et à me frayer un chemin à travers les systèmes anarchiques. Il est cependant indéniable que des problèmes existent ici et ailleurs. Mais ces problèmes, comme la corruption par exemple, découlent d’un profond sentiment d’injustice et, tant qu’il y aura des disparités sociales et économiques dans le monde, je pense que cela ne manquera pas de se produire. Investir dans ces pays, aider leurs économies internes et leurs petites entreprises, construire des ponts et des connexions, plutôt que de simplement les exploiter pour leur belle nature, est, à mon avis, un bon début. Et c’est ce que nous faisons, à très petite échelle.

Un de mes amis disait parfois que la lumière la plus brillante projette les ombres les plus sombres. J'ai dû réfléchir à cette expression lorsque j'étais en République Dominicaine car là-bas, j'ai aussi vu le meilleur des gens. J'ai été aidé par de nombreux inconnus et j'ai été témoin de beaux et rares gestes de confiance et de solidarité qui m'ont beaucoup marqué. Il a fallu toute la journée pour charger notre dernière cargaison. Je ne pouvais pas croire qu'il rentrerait un jour quand je l'ai vu près du quai, mais c'est juste le cas. Nous y entendrions pour la première fois parler de l’extension des effets du coronavirus, de la fermeture des frontières et des mesures de quarantaine.
Nous ne pouvions pas rester plus longtemps au port mais nous ne savions pas non plus vers où naviguer puisque les Açores fermaient leurs frontières ainsi que le reste de l'Europe. Mais un navire est fait pour naviguer et une fois le chargement terminé, nous perdions notre utilité sur terre. Nous avons donc appareillé un mardi matin avec un magasin sec rempli de vivres censés durer 6 semaines, direction incertaine.

Mais le retour allait être une histoire d’amour très différente. Les alizés n'allaient pas être là pour nous pousser doucement par l'arrière. Au lieu de cela, nous devrions naviguer entre les hauts et les bas, dans un environnement de plus en plus froid et humide. J'ai également réalisé que le sentiment de retour à la maison ainsi que les incertitudes apportées par ces temps particuliers nous rendaient moins capables de vivre et d'apprécier véritablement le moment présent. Soudain, le temps nous revenait à l’esprit.

Quand allons-nous arriver? Où arriverons-nous ? Aurons-nous assez de nourriture, d’eau, de gaz ? Quel monde allons-nous rencontrer ?

Le futur sabote le présent. J'avais aussi mes propres questions privées. Que vais-je faire ensuite ? Où vais-je aller ensuite ? Quand j’ai commencé ce voyage, j’ai choisi de tout laisser derrière moi. J'ai quitté mon travail, ma maison, j'ai vendu ma voiture et la plupart de mes biens. Partir sans amarres personnelles était le plus grand des sentiments, mais je savais que revenir allait être pour le moins déroutant.

Le problème c'est qu'après avoir fait une saison sur Tres Hombres, beaucoup de choses que vous pensiez géniales semblent maintenant ennuyeuses, beaucoup de choses que vous pensiez vouloir, vous n'en voulez plus, et parfois vous rencontrez quelqu'un, il vous vole le cœur et avec c'est tous les projets que vous avez pu faire auparavant. Mais être confus, c’est bien ; c'est un état d'esprit actif. Et être vivant, c’est accepter le changement et s’adapter à lui comme une feuille d’automne au vent. Et si le vent est favorable, il vous y mènera.

Maintenant que nous avons accompli notre mission et que nous regardons ce que nous avons fait, il y a deux façons de procéder. Concrètement, nous avons fait naviguer un navire vers les Caraïbes pour récupérer des marchandises et nous l'avons ramené en Europe pour livrer des marchandises. Au total, environ 40 tonnes de cacao, de café, de rhum et de sucre ont été commercialisées. C'est ce qui sera de toute façon inscrit à jamais dans les documents, les factures, les journaux de bord, etc.

Mais en réalité, il s’agissait d’un voyage d’une vie pour chaque individu qui montait à bord de ce navire, encore plus pour ceux qui effectuaient l’aller-retour complet. C’était conflictuel, excitant, provocateur et impressionnant. Cela a suscité toutes sortes de pensées et de sentiments. Cela a ouvert différentes voies et possibilités. Cela a suscité de nouvelles questions et de nouveaux rêves.

Et je ne peux m'empêcher de me demander quelle est la véritable cargaison en fin de compte, les marchandises ou les personnes. Après tout, le renard a raison : l’essentiel est invisible à l’œil nu. Donc, d’une certaine manière, je pense que le rhum que nous transportons est simplement un moyen nécessaire pour que ce navire puisse continuer à naviguer et inspirer les gens. Investir dans des produits avec une telle histoire et des êtres humains derrière eux permet une croissance personnelle et des changements profonds dans la vie, rendant le monde un peu plus heureux et un peu plus sain, un voyage à l'époque. Je dois donc remercier tous ceux qui soutiennent Fairtransport en achetant nos produits ou en donnant de leur temps et de leurs compétences au projet. Cela m’a vraiment touché d’une manière que je dois encore traiter. Il existe une qualité unique donnée uniquement aux choses qui demandent du temps et des efforts.

Donc après 200 kg de porridge et 176 jours de pura vida, si plus tard quelqu'un me demande combien de temps a duré mon voyage, je dirai entre 6 mois et toute une vie.

 

Actualités similaires

A day on De Tukker
7 juin 2024
Enregistrer
De Tukker

A Day on De Tukker (Victoria Mahoney)

As I wake up for my 4 AM watch, traces of deep sleep still linger. Already, the dream I just...
Naviguer le ventre plein
26 avril 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Naviguer le ventre plein (Capitaine Anne-Flore)

Des feuilles de chou géantes et des peaux de bananes des Açores rattrapaient le navire tandis que le coucher du soleil tombait de plus en plus tard. Après quelques...
Fermer la porte des Caraïbes
22 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Fermer la porte aux Caraïbes (Capitaine Anne-Flore)

Comme prévu, nous avons été frappés par un front. Nous fermons la porte des Caraïbes et ouvrons la...
Contre le vent
12 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Contre le vent (Jordan Hanssen)

Au pire, ce vaisseau est un objet fascinant. Avec ses voiles levées, au galop sur la mer, il est une chose...

S'inscrire à la Newsletter

Si vous vous inscrivez à la newsletter, nous serons les premiers à vous informer lorsque nous publierons de nouveaux itinéraires de navigation. Le Fairtransport « Sailmail » regorge d'aventures de navigation passionnantes, de produits exotiques et des dernières nouvelles sur les navires et leurs événements. Vous ne pouvez pas manquer celui-ci !