2 janvier 2020
- Enregistrer

Anniversaire (Wiebe Radstake)

Aujourd'hui 2 janvier, je fête mes 30 ans, mon anniversaire pour la 3ème fois sur les Tres Hombres, pour la première fois au milieu de l'Océan, pour la première fois en tant que capitaine. Et les journées sont comme n'importe quelle autre journée sur l'océan, un autre magnifique lever de soleil tandis que le quart à bâbord termine son quart matinal en mangeant du porridge avec des bananes frites au petit-déjeuner. Des petits soucis du quotidien comme : les filtres à café sont introuvables donc on doit verser le café avec le filtre réutilisable (ce qui prend quelques minutes de plus), on peut en parler des heures durant les veilles de nuit.
Un transfert de garde entre le Port et Starbord. Un plan de la journée avec les timoniers et le maître d'équipage. Nous voulons encore plus de voiles, c'est pourquoi des plans sont en cours d'élaboration pour des voiles supplémentaires autour du Royal. Je lis les œuvres complètes de Tourgueniev, j'écoute Leonard Cohen, je regarde la mer. Joyeux anniversaire est chanté et au-delà ? De plus, l’océan continue de onduler, mais les alizés continuent de souffler.
30 ans, ma vingtaine est révolue : il y a dix ans, j'étais encore à l'école d'art, je faisais des fêtes sans fin au parc portuaire de Zierikzee, je ne faisais même pas beaucoup de voile à cette époque. Après l’école d’art, j’en avais marre du monde de l’art et tout ce que je voulais, c’était naviguer, naviguer, naviguer. Je ne cherchais pas la gloire mais la liberté. J'ai d'abord fait de la voile aux Pays-Bas : dans le delta de Zélande, l'Ijsselmeer et la mer des Wadden, puis j'ai fait la connaissance des Tres Hombres. À Vlissingen, le navire était amarré au festival Sail de Ruyter où je me suis également amarré avec une barge. Si je ne pouvais même pas venir pour une fois, oui, demain était la réponse. Et c'est là que tout a commencé, de Vlissingen à Den Helder, en traversant une mer du Nord très fréquentée. Cette même année, je faisais ma première traversée océanique et tout à coup tout était clair. Ce vide incroyable, hors de la société, rien que de l'eau pendant des jours : c'était ça ! Appelez cela de la romance, appelez cela la prise de conscience que l’homme est une si petite chose dans un tout plus vaste.
Aujourd'hui, plus de dix traversées plus tard, je navigue en tant que capitaine sur ce beau navire. 30 ans et être capable de faire quelque chose d’aussi beau, je n’aurais jamais pu imaginer cela il y a dix ans. En attendant, tant d'autres expériences, apprendre à connaître Suzan, transformer un bus à impériale en maison, jouer de la musique autant que possible, voyager autant, rencontrer tant de gens, voir tant de mer.
Et puis il y a une autre grande nouvelle que je voudrais partager depuis la mer, juste avant de partir pour ce tour océanique avec les Tres Hombres nous avons appris que Suzan était enceinte. Cela nous rend incroyablement heureux. C'est étrange de s'asseoir sur les Tres Hombres pendant que se font les premières échographies, elle a entendu son cœur battre pour la première fois, c'est irréel de la revoir seulement en mai sur quelque quai de Hollande avec un gros ventre, mais nous se feront signe.
Je serai papa fin juin. Ici, sur le pont, je construis un berceau avec Jeroen le maître d'équipage. A quoi ressemble la crèche ? Comme un bateau : un voilier bien sûr, fabriqué à partir de déchets de bois trouvés sur les différentes îles que nous visitons au cours de ce voyage.
Et où serai-je dans dix ans ? Ou quand j'aurai 60 ans ? Peut-être sur l'un des Ecoclippers que Jorne prépare ? Naviguer près de chez vous à travers les Pays-Bas ? Faire de la musique et des poèmes tout en errant aux Pays-Bas, à travers le monde ?
L'avenir ressemble peut-être un peu à l'océan d'aujourd'hui : des poissons volants, un ciel bleu, 15 voiles de ce navire remplies de vent et 15 personnes heureuses se balançant sur une mer sans fin. Il est possible, et parce que c’est maintenant, c’est maintenant réel, que malgré tout le bruit résultant de notre société capitaliste, des projets comme ce navire soient possibles. Le fait qu’il y ait encore des gens qui se lèvent, posent la question, mettent de l’énergie à construire quelque chose d’aussi beau que ce navire, donne de l’espoir : l’espoir d’un avenir radieux. J'espère que mon enfant pourra également naviguer plus tard et qu'il pourra vivre sur une planète qui est également très belle ici aujourd'hui.
Un salut en mer
Wiebe Radstake

Actualités similaires

A day on De Tukker
7 juin 2024
Enregistrer
De Tukker

A Day on De Tukker (Victoria Mahoney)

As I wake up for my 4 AM watch, traces of deep sleep still linger. Already, the dream I just...
Naviguer le ventre plein
26 avril 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Naviguer le ventre plein (Capitaine Anne-Flore)

Des feuilles de chou géantes et des peaux de bananes des Açores rattrapaient le navire tandis que le coucher du soleil tombait de plus en plus tard. Après quelques...
Fermer la porte des Caraïbes
22 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Fermer la porte aux Caraïbes (Capitaine Anne-Flore)

Comme prévu, nous avons été frappés par un front. Nous fermons la porte des Caraïbes et ouvrons la...
Contre le vent
12 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Contre le vent (Jordan Hanssen)

Au pire, ce vaisseau est un objet fascinant. Avec ses voiles levées, au galop sur la mer, il est une chose...

S'inscrire à la Newsletter

Si vous vous inscrivez à la newsletter, nous serons les premiers à vous informer lorsque nous publierons de nouveaux itinéraires de navigation. Le Fairtransport « Sailmail » regorge d'aventures de navigation passionnantes, de produits exotiques et des dernières nouvelles sur les navires et leurs événements. Vous ne pouvez pas manquer celui-ci !