23 novembre 2021
- Enregistrer
Tres Hombres

Regardez-la bien (Par Natalia Boltukhova)

Regardez-la bien !

Les courbes. La toile. Les lignes tentantes.
Le sel, murmurant depuis les crevasses du bois patiné. Le vent dont le souvenir est emprisonné dans les replis du port
enrouler.

Elle est Tres Hombres, Tres pour l'équipage. Fidèle, stable, libre.

Ce que la plupart ne réalisent peut-être pas, c’est qu’il est bien plus qu’un cargo à voile sans moteur. Bien sûr,
transportant du rhum, du vin, du gin, du chocolat et du café, Tres a l'air assez dur à cuire.
Mais son véritable pouvoir réside dans sa capacité à plier le temps et à transformer l’espace.
Elle navigue dans les dimensions et les réalités avec la même grâce et la même aisance qu’elle navigue sur les vagues.

Ceux qui montent à bord ressentent bientôt l’attraction simultanée de la gravité dans une direction et achèvent
s'en libérer dans un autre. C’est comme surfer sur une vague sur une énorme planche à voile.
Dans un sens, le déclassement apparent des commodités de style de vie, courant dans ce qui
nous sommes d'accord pour dire que le monde développé s'effondre comme des éclaboussures d'eau salée
toi par derrière pendant que tu récures la poêle après le dîner, dans le noir, dans l'eau froide de la mer,
tandis que le monde qui vous entoure oscille d'avant en arrière.
Jamais stable, jamais entièrement propre, toujours vêtu de couches de vêtements « chauds » légèrement humides.
Vous savez, la réalité.
La réalité de réaliser qu'aucune autre forme de vie que nous connaissons n'a de douches avec eau chaude commutées
en tournant une valve. Ou un lit qui pourrait accueillir six personnes, mais dont une seule peut y dormir.

La Réalité de l'apesanteur dans l'espace et le temps, tête haute, regard parcourant le neuro-net
entre les étoiles, retour à l'immédiateté de la boussole et de la direction,
Quand la ligne entre l'endroit où le navire se termine et où vous commencez, se brouille, comme l'horizon
cousant l'océan et le ciel. Le navire devient le moyen par lequel
vous devenez une partie complète et inséparable du monde entier, de la galaxie, de l’univers.
Il s'agit bien d'un navire de transport, c'est vrai.

La réalité selon laquelle malgré notre nature et notre éducation, nous sommes tous plus semblables
que nous sommes différents, qu'au fond nous avons tous soif d'amour, de compréhension et d'appartenance.
Tres est capable de faire exactement cela. Peu importe où vous montez et descendez.
Rappelez-vous, elle plie le temps et l’espace. Où et quand n'a pas d'importance.

Seize d'entre nous ont commencé ce voyage ensemble à Den Helder, quatre à Douarnenez,
d'autres se joignent à Baiona, et ainsi de suite. C'est déjà comme si on se séparait de la famille.
En parlant de ça, quelques jours plus tard, avec la routine du quart s'installant, les chamailleries amicales
entre l'équipage scintillait ici et là, ajoutant à l'ambiance familiale,
rien de moins que de moudre plus de grains de café que nécessaire (et avec un moulin à main, rien de moins !)
pour que l'autre montre n'ait pas à le faire ;
ou alléger le fardeau du cuisinier pendant une journée, ou en prendre un pour l'équipe qui nettoie les toilettes,
ou se précipiter pour larguer la bonne ligne dans le feu de l'action
un moins expérimenté les mélange. C'est l'amour et le respect.

Lorsque vous faites confiance à quelqu'un d'autre – un parfait inconnu dans le cas de Tres – pour vous soutenir,
pour veiller pendant que vous dormez, faites cuire le pain au levain que vous pétrissez et mettez dans les moules,
vous cédez le contrôle exclusif de la situation, faisant ainsi partie de quelque chose de plus grand que vous.
C'est votre appartenance.

Lorsque vous et votre membre d'équipage penchez au-dessus d'une vergue oscillante, pliant la voile inflexible
essayant désespérément et en vain de le convaincre de s'enrouler
(« Argh – pour satan ! » – un sort de cajolerie danois classique),
entendre la même réponse de la voile : « Je ne suis tout simplement pas censé enrouler, chérie », c'est compréhensif.

Et voila.

Aimez-vous lire les aventures de notre équipage? Imaginez être là lorsque vous dégustez nos produits chez vous !

Actualités similaires

Fermer la porte des Caraïbes
22 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Fermer la porte aux Caraïbes (Capitaine Anne-Flore)

Comme prévu, nous avons été frappés par un front. Nous fermons la porte des Caraïbes et ouvrons la...
Contre le vent
12 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Contre le vent (Jordan Hanssen)

Au pire, ce vaisseau est un objet fascinant. Avec ses voiles levées, au galop sur la mer, il est une chose...
En route vers la République Dominicaine
1er mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

En route vers la République Dominicaine (Capitaine Anne-Flore)

Le soir, un vent favorable revint nous amener sur la mystérieuse île de Los Aves. Pendant de nombreuses années,...
Lignes floues
15 février 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Lignes floues (Kit Schulte)

Où et quand une chose se termine-t-elle et une autre commence-t-elle ? J'avais imaginé des lignes floues, mais j'ai vite compris que tout...

S'inscrire à la Newsletter

Si vous vous inscrivez à la newsletter, nous serons les premiers à vous informer lorsque nous publierons de nouveaux itinéraires de navigation. Le Fairtransport « Sailmail » regorge d'aventures de navigation passionnantes, de produits exotiques et des dernières nouvelles sur les navires et leurs événements. Vous ne pouvez pas manquer celui-ci !