9 décembre 2019
- Enregistrer

Pensez à ceux qui naviguent !

Pensez à ceux qui naviguent ! Mon père dit toujours quand il entend le vent et la pluie se précipiter autour de sa librairie d'occasion à Zierikzee. Oui, pensez à ceux qui naviguent, nous avons navigué fort ces dix derniers jours avec les Tres Hombres. Il me semble qu'il y a longtemps que j'ai décidé de quitter la baie de Baiona en Espagne. Dans une ambiance romantique, je réponds à la question de savoir ce que je fais dans la vie : je vis du vent, mais en réalité, cela devrait être : je vis par le vent. Parce que le vent détermine notre planning à bord du Tres Hombres. La semaine dernière, un vent d'ouest a été annoncé pour deux jours, puis un coup de vent persistant de secteur Nord sur toute la côte de l'Espagne et du Portugal. Attendre ou partir ? Vérifiez si le navire est prêt, la cargaison en bon état, les caisses du marin en bon état, suffisamment de provisions et d'eau, le gréement en ordre et ensuite le choix : partir.

Vendredi soir, nous sommes sortis de la baie avec un léger vent de sud, à l'ouest. La nuit, le vent tournait à l'ouest et j'ai alors voulu être le plus loin possible de la côte, loin de la berge basse, loin de la terre ! Et effectivement vers quatre heures du soir le vent s'est calmé : le second Paul naviguait maintenant vers le nord au près du vent et cela m'a réveillé : il était temps de virer de bord. Avec les deux quarts, nous avons effectué notre premier virement de bord puis nous sommes dirigés vers le sud à cinquante milles de la côte. Le vent s'est encore plus clair lorsque nous sommes passés près de Lisbonne pour pouvoir naviguer vers les îles Canaries avec un joli vent de pataras.

Hormis le mal de mer de la plupart de l'équipage, c'était une belle course, comme les Tres Hombres ont magnifiquement navigué dans cette houle océanique ! Elle encaisse des vagues de quatre/cinq mètres avec aisance : un bonheur à vivre. Au bout de quatre jours, l'océan s'est un peu calmé, la houle s'est calmée et nous avons même pu profiter du soleil pour la première fois. Des chaussettes mouillées étaient accrochées aux filets de sécurité, de sorte que nous devions ressembler à une corde à linge qui passe joyeusement pour ceux qui nous entourent. . Mais il n’y avait personne pour le voir. Là, nous étions notre propre environnement. Notre propre petit village en mer. On a commencé à s'habituer au rythme de l'attente, au rythme de l'océan, il y avait de plus en plus de rires pendant l'attente.

Quelques jours plus tard, la tâche suivante est arrivée : trouver le bon vent et la bonne hauteur de vague pour entrer à La Palma. La jetée du port est située sud-nord et vous ne voulez pas qu'un vent complètement du nord vous empêche d'y naviguer. Vous ne voulez pas non plus que les vagues soient trop hautes, car avant d'arriver, vous souhaitez mettre le canot par-dessus bord pour amener deux personnes à l'écart pour attraper les lignes. Nous aurions effectivement pu naviguer jeudi après-midi, mais un nouveau vent de nord nous a empêché d'arriver. J'ai décidé d'attendre à une centaine de kilomètres au nord des îles Canaries.

Traversée, virement de bord/empannage au portant : c'est ce qu'on appelle la navigation ludique en charter. Et là, le vent a encore augmenté et avec lui la hauteur des vagues. Cette fois, pas de vent constant mais très pluvieux. Cela signifiait que lorsque nous étions sous un nuage avec de la pluie, nous atteignions des vitesses de 12 nœuds, puis à nouveau de quatre nœuds. Bravo à Soraia qui a réussi à réaliser de bons repas avec ces différents mouvements.

J'ai eu des contacts avec Andreas pour savoir quel serait le bon moment pour entrer à Santa Cruz de La Palma et nous avons vu une opportunité samedi matin. Samedi matin avant le lever du soleil nous avons finalement navigué vers l'île de La Palma. Peu importe la fréquence à laquelle vous le faites : c'est toujours une expérience particulière de voir soudainement une île surgir des nuages à l'horizon après des jours passés à ne voir que la mer. La nuit, toutes ces lumières ressemblent à une immense fourmilière au milieu de l’océan.

Faites un plan, discutez-en avec les timoniers et le maître d'équipage puis préparez-le. Chaînes d'ancre sur le pont (combien de manilles ? Quelle est la profondeur du port ?) Amarres sur le pont, moteur de l'annexe testé et première communication avec la capitainerie. Il faut discuter de tout avec tout l'équipage puis choisir le bon moment et embarquer.

Vers huit heures, nous avons reçu le signal de l'autorité portuaire nous indiquant que nous pouvions entrer. La houle était encore forte (jusqu'à trois mètres) mais nous avons décidé de foncer. Jeroen, le maître d'équipage, a navigué avec le canot à travers les hautes vagues sur le côté pour voir à quoi ressemblaient les vagues et le vent à l'intérieur du mur. La radio a dit que ça avait l'air bien à l'intérieur. Je mentirais si je disais que ce n'est pas excitant de naviguer dans un port sans moteur. Mais le Tres Hombres a des caractéristiques de pilotage parfaites et l'équipage a fait exactement ce qu'il avait à faire. Après une demi-heure passionnante, nous étions coincés à terre. Atterrissez sous vos pieds !

Après avoir préparé le navire pour le port, toutes les voiles étaient correctement ferlées, les amarres correctement réparties, un lavage de pont et une surveillance au mouillage avaient été distribués pendant les premières vingt-quatre heures, un des tonneaux "vides" du port a pu être soulevé sur le pont pour récupérer le reste.' pour extraire. Nous avons pu porter un toast à une partie de navigation océanique difficile mais magnifique.

La semaine prochaine, nous préparerons le navire pour la prochaine partie de la navigation : la traversée de l'océan. Nous allons charger le premier rhum d'Aldea et de nombreux nouveaux stagiaires viendront. Nous devons également saluer un certain nombre de stagiaires que nous pouvons désormais considérer sincèrement comme des amis. Nous espérons les voir à la fête de déchargement à Amsterdam, la famille Fairtransport ne cesse de s'agrandir. Et puis il est temps d'étudier à nouveau les prévisions météorologiques. Surveillez toujours le vent. C'est comme si mon collègue Harry (van de Morgenster) m'avait dit un jour : La météo : tu peux la regarder ou en parler à l'infini, mais tu ne changeras rien.

Et sur ce, je voudrais terminer ce blog de Santa Cruz de La Palma : Ohé d'une La Palma ensoleillée, mais envahie par les touristes en croisière !

Actualités similaires

A day on De Tukker
7 juin 2024
Enregistrer
Le Tukker

A Day on De Tukker (Victoria Mahoney)

As I wake up for my 4 AM watch, traces of deep sleep still linger. Already, the dream I just...
Naviguer le ventre plein
26 avril 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Naviguer le ventre plein (Capitaine Anne-Flore)

Des feuilles de chou géantes et des peaux de bananes des Açores rattrapaient le navire tandis que le coucher du soleil tombait de plus en plus tard. Après quelques...
Fermer la porte des Caraïbes
22 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Fermer la porte aux Caraïbes (Capitaine Anne-Flore)

Comme prévu, nous avons été frappés par un front. Nous fermons la porte des Caraïbes et ouvrons la...
Contre le vent
12 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Contre le vent (Jordan Hanssen)

Au pire, ce vaisseau est un objet fascinant. Avec ses voiles levées, au galop sur la mer, il est une chose...

S'inscrire à la Newsletter

Si vous vous inscrivez à la newsletter, nous serons les premiers à vous informer lorsque nous publierons de nouveaux itinéraires de navigation. Le Fairtransport « Sailmail » regorge d'aventures de navigation passionnantes, de produits exotiques et des dernières nouvelles sur les navires et leurs événements. Vous ne pouvez pas manquer celui-ci !