12 mars 2021
- Enregistrer
Tres Hombres

Changement de saison (par le capitaine Andreas Lackner)

Les bottes et les vestes sont le nouveau style à bord.

C'est la première fois que du cuir couvre mes pieds depuis mon arrivée à Santa Cruz de la Palma, le 10 décembre 2020. Nous avons eu la grande chance de rester dans la chaleur des Caraïbes jusqu'à presque la latitude des Bermudes et déjà à mi-chemin des Açores. Jusqu'à hier soir, tout le monde portait des shorts, grimpait pieds nus et enlevait même sa chemise sur le pont avant pour qu'elle ne soit pas mouillée et salée. Juste après le premier front chaud, avec un peu de pluie et une forte alternance de vent nous avons gardé la foi.
Mais ensuite le front froid est arrivé… et tout s’est passé en 20 minutes. La saison a complètement changé, passant d'un ciel bleu et d'un magnifique lever et coucher de soleil chaque jour à un monde froid et gris, apporté par le vent du nord.

Mais nous avons quand même un peu de chaleur dans le sang. Les Caraïbes à cette époque étaient plus touristiques que jamais, en raison du corona qui a frappé principalement l'île anglophone, qui a été sévèrement fermée. Nous nous dirigions vers la Barbade lors de la traversée en provenance des Canaries, mais lorsque nous avons entendu parler de leur confinement, nous avons modifié nos plans à seulement 5 degrés au nord et avons atterri dans une Martinique très accueillante.
Après notre part de plage, de bière, de musique et de belles soirées au mouillage à bord, nous avons continué notre voyage vers l'île isolée de la Barbade, qui n'a été découverte qu'en 1600, pour charger le meilleur rhum de la Barbade des distilleries Foursquare dans nos fûts de porto et de Madère. Toujours très en avance, nous décidons de faire un petit détour sur le chemin du retour vers la Martinique, via les Grenadines. Interdit d'atterrir n'importe où sans autorisation, le but était de voir le plus d'îles d'aussi près que possible, ce que nous avons fait ! Juste après avoir attrapé un gros Barracuda sur le haut-fond entre Petite Dominique et Petite Martinique nous avons abordé entre des beautés incroyables jusqu'à Mayreau où nous sommes passés tout près de la terre et nous nous sommes baignés. A peine sortis de l'eau, une légère pluie nous rinça le sel, pendant que Sabine cuisait le poisson pour le déjeuner. Plus de paradis n'est pas possible, pas besoin de mettre le pied sur la terre cette fois-ci !

Quelques nouveaux virements de bord nous ramènent au grand mouillage de Sainte-Anne en Martinique, où nous chargeons à nouveau le meilleur rhum de l'île, cette fois de la Distillerie La Favorite, nageant les fûts sur un bon demi-mile de la plage jusqu'au navire.

Toujours en avance et à la recherche de plus de fret et d'aventure, nous avons mis le cap sur Marie Galante, notre île bien connue et tranquille, et encore française, ce qui signifie pas de couronne et de longues plages vides avec d'innombrables noix de coco. Là, nous avons été invités à participer aux courses, ce qui a fait une bonne impression sur les plaisanciers, lorsque nous avons dépassé les spis colorés à 11 nœuds de vitesse. C'était la tradition que le plus grand navire de la course accueillait l'équipage des plus petits participants, si vite qu'une grande fête Ti-Punch s'est déroulée sur nos ponts.

Assez de détente, retour au travail, direction la République Dominicaine, où nous récupérons la plus grande partie de la cargaison, le cacao pour les chocolatiers d'Amsterdam et le rhum. Beaucoup de bon rhum dominicain de Bodegas Oliver.

Le chemin vers la République Dominicaine depuis les Îles du Vent est en descente, trop facile pour nous et toujours en avance sur le calendrier, nous avons établi l'itinéraire en passant par Montserrat, Saint-Kitts, Statia, Saba et l'entrée des Îles Vierges, dépassant profondément avec nos yeux pour la beauté glissait près de nous des deux côtés dans des eaux turquoise dans une agréable brise de poupe.
Boca Chica! Mon port tant aimé sur la côte sud, presque abandonné à côté de l'immense port à conteneurs de Caucedo, se trouvait tranquillement derrière La Piedra, nous attendant avec de nombreux vieux amis, car c'est notre base dans ce pays hispanophone depuis 2011. Nous nous sommes facilement glissés dans le bassin avec la brise marine de l'après-midi, changeant à chaque instant pour nous pousser le long des hauts fonds et des récifs à l'entrée. À quelques mètres du navire, les vagues se brisent sur les rochers à l'extérieur du chenal balisé. L'action cargo a commencé dès le lendemain, donc plus de jours de congé mais préparer le navire pour la grande traversée et charger sa cale avec les plus belles marchandises des Antilles. Retarder le départ d'un jour a permis à l'équipage de visiter la ferme de cacao, de déguster leur merveilleux chocolat fait maison et de jeter un œil à l'intérieur de ce pays incroyablement vert et montagneux sans aucune restriction nulle part. Après quelques barbecues à notre quai nous avons finalement réussi à remonter la ligne de flottaison jusqu'à la partie noire de la coque, c'est à dire pleine et emballée jusqu'à la ligne de charge.

En quittant le port tôt le matin avec le vent de terre toujours présent, nous étions heureux de laver la saleté de la terre avec la lance à incendie et de mettre les voiles pour la grande traversée de l'océan Atlantique Nord. Il manque encore quelque chose dans la balance pour un si long voyage et nous devrions bientôt le découvrir. Après avoir viré de bord contre les forts vents et courants des Caraïbes, nous sommes finalement sortis par le passage de Mona, lorsqu'un membre de l'équipage a décidé sérieusement de ne pas entreprendre ce voyage avec nous, ce qui m'a laissé la décision de l'endroit où le livrer. Porto Rico, avec sa garde côtière dirigée par les Américains, ne serait d'aucune aide, ni les coutumes locales, nous n'avions donc pas d'autre chance que de retourner à Boca Chica ! Heureusement, nous avons notre ami Lawrence là-bas, qui a organisé une récupération rapide de l'homme dans la baie, merci !

Le détour nous coûte quelques déchirures dans le hunier et comme c'est le moteur du navire il fallait l'avoir en bon état avant d'entrer dans les eaux sauvages du Nord.
Isla Saona offrait le meilleur mouillage sur notre chemin, nous y sommes donc allés avec parfois 30 nœuds de vent du nord-est et avons jeté l'ancre dans des eaux bleu clair avec seulement des étoiles de mer couvrant le sable blanc et Jimmy le grillon rejoignant le navire. En une journée, la voile était descendue, réparée et remontée et nous étions alors vraiment prêts à prendre la mer !
C'est avec bonne humeur que nous avons quitté les Caraïbes et la chaleur reste dans l'équipe même après la première dépression traversant notre route vers les Açores.
Espérons que le prochain changement de saison nous attend à Amsterdam, au printemps !

Jusque là

André

 

Aimez-vous lire les aventures de notre équipage? Imaginez être là lorsque vous dégustez nos produits chez vous !

Actualités similaires

A day on De Tukker
7 juin 2024
Enregistrer
De Tukker

A Day on De Tukker (Victoria Mahoney)

As I wake up for my 4 AM watch, traces of deep sleep still linger. Already, the dream I just...
Naviguer le ventre plein
26 avril 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Naviguer le ventre plein (Capitaine Anne-Flore)

Des feuilles de chou géantes et des peaux de bananes des Açores rattrapaient le navire tandis que le coucher du soleil tombait de plus en plus tard. Après quelques...
Fermer la porte des Caraïbes
22 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Fermer la porte aux Caraïbes (Capitaine Anne-Flore)

Comme prévu, nous avons été frappés par un front. Nous fermons la porte des Caraïbes et ouvrons la...
Contre le vent
12 mars 2024
Enregistrer
Tres Hombres

Contre le vent (Jordan Hanssen)

Au pire, ce vaisseau est un objet fascinant. Avec ses voiles levées, au galop sur la mer, il est une chose...

S'inscrire à la Newsletter

Si vous vous inscrivez à la newsletter, nous serons les premiers à vous informer lorsque nous publierons de nouveaux itinéraires de navigation. Le Fairtransport « Sailmail » regorge d'aventures de navigation passionnantes, de produits exotiques et des dernières nouvelles sur les navires et leurs événements. Vous ne pouvez pas manquer celui-ci !